By URL
By Username
By MRSS
Enter a URL of an MRSS feed
 
or

Dans la gamme Hyundai, il n’y a pas moins de 3 SUV : l’ix35, le petit, l’ix55, le gros, et le Santa Fe, l’intermédiaire. Le Santa Fe mesure 4.66 m de long et entre théoriquement en concurrence avec les Audi Q5 ou BMW X3. Il n’est disponible qu’avec 4 roues motrices et avec une seule motorisation : un 2.2 diesel de 197 ch. Seul choix proposé : une boîte mécanique ou automatique.   A l’intérieur, la conducteur est accueilli par des sièges en cuir à réglages électriques sur notre version Pack Premium Limited. La planche de bord ne bénéficie pas d’un dessin aussi moderne que celle de l’ix35. Les plastiques sont tous durs et la qualité de présentation moyenne. En revanche, le Santa Fe offre un équipement riche dont ce GPS tactile de série.   Le 4 cylindres 2.2 l diesel et ses 197 ch octroie des performances décevantes pour la catégorie mais suffisantes au quotidien. La boîte automatique est douce mais lente, et la sonorité diesel un peu trop présente dans l’habitacle. Côté comportement, le Santa Fe est nettement moins dynamique que les Q5 ou X3. Signalons enfin des distances de freinage trop importantes.   A l’arrière, les passagers ont droit à une habitabilité tout à fait correcte en espace aux jambes et en largeur. En guise de modularité, pas de banquette coulissante mais un dossier réglable en inclinaison. Les passagers latéraux ont droit chacun à une aumônière, un bac de portière et un petit aérateur. Pour les porte-gobelet, il faut d’abord rabattre l’accoudoir central.   Malgré une poignée située sur le côté, le hayon s’ouvre classiquement vers le haut. Il permet d’accéder à un grand compartiment de 528 dm3. Le Santa Fe est d’office fourni avec 7 places, les deux places du fond étant facilement escamotables dans le plancher. Les passagers du fond bénéficient de sièges confortables, mais l’espace est limité et l’accessibilité nécessite une certaine souplesse.   Malgré un restylage en 2010, le Santa Fe a du mal à cacher le poids des ans, notamment en...